Communiqué de Dominique Boy-Mottard et Marc Concas du 13/09/2016

Questionnaire sur la police municipale :

encore de l’agitation pour rien ?

Ce mardi, pour compléter un article de Nice-Matin pourtant déjà bien étoffé, un mail cosigné par le tandem à la tête de la municipalité a été transmis à l’ensemble des agents de la Ville et de la Métropole (soit plus de 11 000 personnes) accompagné d’un questionnaire destiné à l’ensemble de la population sur le rôle de la police municipale dans le but de les inciter à y répondre (et de gonfler le nombre de réponses global ?)

À ce propos, on peut s’étonner de la nature et de la présentation des questions. À notre sens, plutôt que de continuer à polémiquer sur les rôles respectifs de la police nationale et de la police municipale, il aurait été plus approprié de commencer par rappeler à nos concitoyens quelles sont les actuelles missions de la police municipale de Nice et le cadre législatif – de toute façon incontournable –  dans lequel il est possible de faire des propositions. Nous ne remettons pas en cause une éventuelle réflexion sur les missions de la police municipale, mais la méthode nous semble pour le moins contestable.

Car ne soyons pas dupes : le but de ce questionnaire est d’essayer de justifier une fois de plus auprès de l’opinion publique les polémiques lancées par le 1er adjoint dès le lendemain du 14 juillet en reprenant les sempiternelles critiques contre l’Etat. L’argumentation orientée et démagogique du texte introductif donne le ton. Et la seule chose dont on est sûr est que cela n’aboutira à rien.

L’action politique doit être un levier et non un frein pour la réalisation des missions des policiers municipaux, notamment pour ce qui concerne la nécessaire coopération avec la police nationale. Des policiers municipaux que nous tenons à saluer pour leur travail sur le terrain.